DU BOIS, Louis (1773-1855) : Glossaire du patois normand, augmenté des deux tiers, et publié par M. Julien Travers.- Caen : Typographie A. Hardel, 1856.- XL-440 p. ; 22 cm.
Reconnaissance de caractères et corrections : O. Bogros pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (08.VI.2007)
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire disponible en mode image sur le site Google-Recherche de livres de la société Google, corrigé et augmenté des pages en déficit à partir de l'exemplaire de la Médiathèque (Bm Lx : Norm 515). 

Glossaire du patois normand
par
Louis Du Bois

 ~*~

R


RABABOUINER (v. a.) : frotter la figure à contre-sens ; rabattre le babouin ; - rabâcher. Du mot babouin, employé par Marot dans le sens de sot babillard. L.
RABAUBINER : répéter dérisoirement les paroles de quelqu'un. De balbus. Voyez DÉGANNER.
RABETTE (s. f.) : espèce de choux dont la graine contient de l'huile ; littéralement, petite rave. MM. Duméril.
RABIBOCHER : rajuster ; rétablir la concorde.
RABIENNER : réconcilier.
RABILLEUX : rabâcheur.
RABIS (s. m. pl.) : révérences et compliments affectés et exagérés.
RABISTOQUER : raccommoder.
RABLET : petit couteau.
RABOTER : répéter les mêmes choses à satiété.
RABOTTE (s. f.) : masse d'un bâton.
RABOUDINER (v. n.) : se recoquiller ; se recroqueviller.
RABOUÊNER : raccommoder grossièrement. En patois Rennais, dabonner. C'est toujours rendre à peu prés bon. A.
RABOUÊNEUSE (s. f.) : mauvaise couturière. A Rennes, dabonneuse. A.
RABOULER : renvoyer une boule vers son point de départ.
RABUQUER : remuer une chose mal à propos et la heurter. Au figuré, traiter quelqu'un rudement. L.
RABUSQUIER ; RABUSCHIER : gronder vertement et ouvertement.
RACACHÉE ; RACACHIE : bande nombreuse et sans ordre.
RACACHER ; RACACHIER : faire revenir un animal au point de départ, en le chassant devant soi ; rechasser.
RACATER : racheter ; acheter de nouveau.
RACCOURCI ; RACCOURCHI : chemin qui accourcit. Prenez par le raccourci.
RACCROC ; RECROC : repas à la suite d'un plus grand, et presque toujours composé des restes de celui-ci. Faire le raccroc des noces ; des repas de confrérie.
RACE (s. f. ) : canaille. Petite race : enfant.
RACHICOT (s. m.) : grosse racine sortant de terre et donnant des rejets.
RACHINE : racine.
RACLÉE ; DÉRACLÉE : volée de coups.
RACLER (v. a.) : rosser ; battre. L.
RAC'MODER : raccommoder.
RACOIN : coin, recoin. L.
RACOQUILLER (SE) : se resserrer comme certains animaux dans leur coquille.
RACOUET : chaume.
RACRAMACAI , E (en parlant d'un visage) : chiffonné, disgracieux et difforme.
RACRAMPIR. Voyez CRAMPIR (SE). L.
RACRO (s. m.) : coude d'un chemin, détour, circuit , crochet. Ce chemin fait un racro à tel endroit. Ce lièvre a fait un racro, c'est-à-dire un circuit ; il est revenu près du lieu d'où il était parti. Feu Lamarche.
RADAS (s. m. pl.) : chiffons, guenilles. O.
RADOUBLER : redoubler ; revenir sur ses pas ; parcourir de nouveau le même chemin. O.
RADRECHER ; RADRESSER : redresser ; - recommencer.
RADRESSES : endroits qu'il faut connaître dans la distribution d'une maison ou d'une localité ; ses êtres. L.
RAFAITS : objets vieux, usés et gardés en tas. Voyez RAFUT.
RAFALER : ravaler ; ruiner.
RAFFILER : redonner le fil ; aiguiser de nouveau.
RAFISTOLER : raccommoder à la bâte. En Roman, affistoler signifiait tromper ; plus tard, ce verbe a été employé pour se parer. L.
RAFOURÉE : portion de fourrage pour un repas.
RAFOURER : donner à manger aux vaches et aux moutons dans l'étable. M. Decorde.
RAFULER : coiffer ; donner un soufflet. H.-N.
RAFLIER : râfler.
RAGEUR, EUSE : qui fait rage ; qui est d'un caractère difficile.
RAFECILLER : chercher parmi les rafaits ; fureter.
RAFOI : Raphaël.
RAFOUER : chasser ; gronder. C.
RAFOUET : feu follet. Voyez FOURLORE.
RAFOUGUER : examiner minutieusement.
RAFREUX : objet de rebut. B.
RAFUT : vieux meuble. Presque toujours employé au pluriel pour des vieilleries de toute espèce, restes de linge, d'habits, etc.
RAFUTER : raccommoder.
RAGACHE : qui agace , menace, provoque.
RAGACHER : agacer. S.-I.
RAGOT : bavardage ; balivernes ; propos ; conte sans suite.
RAGOT; RAGOTE : cheval, jument, aux jambes courtes, à la taille moyenne, au cou fort, à la croupe large, très-capable d'un bon service.
RAGOTTER : rabâcher ; dire des sornettes.
RAGOUASSE (s. f.) : mauvais ragont. A.
RAGRIBONNER (SE) : se rassembler ; se raccourcir en boule.
RAGUCER ; RAGUCHER : ragoûter ; exciter l'appétit, l'aiguiser. En langue romane, agucher, aigucher : aiguiser.
RAGUÊNER. Voyez RAGUÊNUCHER.
RAGUÊNU (s. m.) : fruits restés aux arbres après la récolte. Du substantif regain. A.
RAGUÊNUCHER : recueillir les fruits restés aux arbres après la cueillette.
RAGUIN : insolent ; emporté ; vif, fort, portant au cerveau. Cidre raguin : qui enivre promptement.
RAGUISER : aiguiser.
RAHOUER (SE) : se rendormir.
RAICHER. Voyez RÊQUER.
RAIDILLON (s. m.) : partie de terrain difficile à gravir, raide à monter. L.
RAILE : raie ; sillon de charrue. - RAILE DU DOS épine dorsale.
RAILER : faire des raies ; rayer.
RAILES (s. f. pl.) : branches disposées pour former une clôture sèche. De l'anglais rail : barrière. B.
RAILETTE : raie des cheveux séparés sur la tête.
RAIMBINIER : fainéant ; mauvais ouvrier ; littéralement qui s'amuse avec des bâtons ; rains, en vieux français. MM. Duméril.
RAINCÉE ; RAINCHÉE : rossée. - RAINCER ; RAINCHER : rosser. .
RAINCIE : collation , goûter.
RAINE ; RENNE (s. f.) : grenouille. Une commune de l'arrondissement de Domfront s'appelle Raines-en-Grenouilles. Du latin rana.
RAISONNER : gronder ; mettre à la raison.
RAISONNERIE : mauvais raisonnement. S.-I.
RAISONS : propos déplacés ; altercations. Patois Lorrrain. L.
RAITON (s. m.) : petite raie ; - poisson de rebut. L.
RALE : rare. L.
R'ALLER : aller de nouveau. H.-N. Je r'vais ; je r'allais ; j'ai r'été ; je r'irai, etc. M. Decorde.
RALLIAS: réunion de plaisir entre gens qui se conviennent.
RALLONGE (s. f.) : allonge.
RAMACHARD (s. m.) : sorte de chasse aux oiseaux, qui se fait la nuit, à deux personnes ordinairement, avec une couline ou brandon de glui enflammé. Celle qui porte la couline va le long de la haie où sont juchés les oiseaux, et les effraie par du bruit et par la flamme de la couline. Les oiseaux s'enfuient du côté opposé ; mais ils y trouvent l'autre chasseur, armé d'une rame ou ramée, qui les machacre, c'est-.à-dire les assomme et les tue. Ramachard vient de l'acte et de l'instrument. M. Lepingard.
RAMARRER : rejoindre par un noeud les deux bouts d'une corde ; - réconcilier ; rapatrier.
RAMASSE (s. f.) : volée de coups. Du verbe ramasser.
RAMBU : Rambures, sorte de grosse pomme acide qu'à Paris on appelle Rambour, mal à propos, puisque ce fruit tire son nom de la commune de Rambures (Somme.)
RAMENDER (v. n.) : amender ; s'améliorer ; se mieux porter ; diminuer de prix.
RAMENDEVER : rappeler. Même sens que ramentevoir.
RAMENER : mettre à sa place un arrogant. V. REMENER. L.
RAMENTIR : remémorer.
RAMERRA : ramènera. H.-N.
RAMIAULER : amadouer. Se ramiauler : se refaire ; réparer ses pertes ; se raccommoder avec quelqu'un. Du verbe rendre et du substantif ami. L.
RAMICHER : regagner au jeu ce qu'on y avait perdu.
RAMIR : brandir. Ramir son bâton sur : lever son bâton sur ; menacer de son bâton.
RAMON : grondeur ; rabâcheur ; - RAMON : fracas ; tapage. C.
RAMONER (v. a.) : traiter quelqu'un rudement, comme la cheminée qu'on ramone ; gronder. L.
RAMOUCHELER : mettre de nouveau en mouchet.
RAMOUDRE : ramoner ; - aiguiser.
RAMOULEUX : émouleur ; - ramoneur.
RAMPONER (SE) : se vêtir sans grâce, à la Ramponeau.
RAMPOS : rameaux.
RAMPRONER. Voyez RAPRONER.
RAMUCRIR : rendre mucre.    .
RAN : bélier. Du Celtique-Basque arra : mâle, ou mieux du grec άρρην , qui a la même signification.
RANCANGNÉ : qui regarde en dessous.
RANCE. Voyez RAUDE.
RANCER ; RANSER : avoir la respiration gênée; - fléchir sous un fardeau.
RANCLE (s. m) : fièvre occasionnée par un rhume, accompagnée de mal de gorge.
RANCOEURIR : être presque pourri par la salissure, en parlant du linge à blanchir. De rancoeur. C'est ce qu'on appelle, en Lorraine, du linge encueugné.
RANDIR : rôder; tourner autour.
RANDOIN ; RANDOUIN : randon.
RANDON : babil qui a toujours le même objet ; - graillon brûlé, gratiné par l'excès de la cuisson.
RANDONNAGE : action de randonner.
RANDONNÉE (s. f.) : abondance. L'auteur du Vocabalaire, à la fin de la Danse aux aveugles, dérive avec raison ce substantif du mot randon. A grand randon : avec violence, avec impétuosité. « Se plaindre à fière randonnée, c'est-à-dire hautement et avec aigreur ». Randonnée signifie aussi tournée, petit voyage.
RANDONNER : aller et venir dans le même lieu ; -bouillir jusqu'à l'épuisement ; - prendre goût de randon.
RANDOUILLER ; RANDOUINER ; RANTOUINER. V. RANDONNER.
RANGAIS (s, m.) : terre, champ, sillon, où les lignes des charrues sont mal rangées, mal rabattues.
RANGER ; RANGEAIS : labour préparatoire.
RANGUIE : rangée.
RANIÈRE : masure ; vieille maison habitée par les rats.
RANQUEUX : animal de rebut.
RAPAPILLOTER : rajuster des papillottes ; raccommoder ses affaires.
RAPAPIOLE (s. f) : passage rapide de la main sur un visage, en montant et en descendant. C'est une sorte de pénitence que l'on inflige, dans les petits jeux innocents. V. RABABOUINER.
RAPARAT : fantôme qui apparaît. B.
RAPAREILLER; RAPARILLER : trouver un objet pareil à un autre ; assortir.
RAPARPOINTER : réparer ; remettre bien en point. B.
RAPASSER A (SE) : se borner à. L.
RAPENSER (SE) : se rappeler ; se souvenir.
RAPIAMUS (FAIRE) : emporter tout ce qu'on veut enlever. De rapere, ravir.
RAPIN : homme qui vit de rapine, Du latin rapere.
RAPINEUX. Voyez RAPIN.
RAPOILER : s'occuper de choses de la valeur d'un poil ; de riens, de bagatelles.
RAPOUSSER : rendre ce qu'on avait reçu. M. Decorde.
RAPPORT A : par rapport à ; à cause de.
RAPRONAGE : rabâchage.
RAPRONER : blâmer ; gronder ; rabâcher. De l'ancien verbe ramposner, ou remprosner : injurier ; blâmer ; quereller.
RAPSAUDER : rapsoder.
RAPTI : tiges de colza dont on a enlevé la graine. M. l'abbé Decorde.
RAQUILLON : reste d'herbe, rebut des bestiaux ; trognon de poire ou de pomme.
RASE : rez. A rase de terre. L.
RASEU X : rasoir.
RASI (qual.) : curé ; nettoyé.
RASIÈRE : sorte de boisseau ; mesure d'un demi-hectolitre.
RASSEROTER : réconcilier ; rapatrier.
RASSIER ; RASSIR : rasseoir.
RASSOTER : raffoler.
RASSOAUTER : rapetasser. O.
RATABEU ; RATANBEU : arrËte- bœuf (Ononis spinosa).
RAT-A-RAT : rez. Coupez cette branche rat-à-rat du tronc : rez le tronc. L.
RATATIBOUÊNER : raccommoder grossièrement.
RATATOUILLE (s. f.) : viande de rebut, telle que la rate, les poumons, etc. A.
RAT-BAILLOT : lérot.
RATELLE : rateau pour recueillir les épis perdus.
RATER : mesurer ras. C'est le contraire de COMBLER.
RATIER : ruisseau des rues. Corruption de radier. B.
RATIER : qui fait métier de détruire les rats.
RATIER : radier, ligne du chemin que suivent les animaux et qui est la plus sûre.
RATILLON. Voyez RAQUILLON. B.
RATIMITI : ras ; rasé de très-près. (Valognes.)
RATIRE (s. f.) : lieu où l'on serre, où l'on cache ; - lieu où l'on se retire, où l'on est dans la retraite.
RATIRER : attirer chez soi. Presque toujours en mauvaise part.
RATOIRE (s. f.) : ratière. On ne trouve ce mot ni dans Nicot, ni dans Monet ; mais il a été admis dans le Dictionnaire des rimes de La Noue, et dans le Dictionnaire espagnol d'Oudin. L.
RATOUR : détour, au propre et au figuré.
RATROTTER : revenir sans cesse sur ce qu'on a dit ou fait ; rabâcher. (Manche.)
RATROTTOUX : ratrotteur, celui qui ratrotte. La vieillesse est ratrottouse.
RATRUCHE : ratissoire. - RATRUCHER : ratisser.
RATUANGE (s. f.) : rabâchage ; redites ennuyeuses. A.
RAT-VAIRET : sorte de mulot, de couleur brune et fauve.
RAUCHER : hausser; rehausser. S.-I.
RAUCOUER : rôder ; - observer avec une indifférence qui n'est qu'apparente.
RAUDE (s. f.) : amas de branches, rangées en attendant qu'on les emploie. L.
RAUT (s. m.) : rut des chats. L.
RAVALER : ruiner. Voyez RAFALER.
RAVAT : gaule ou long bâton avec lequel on ravage, on agite la vase, on trouble l'eau, etc.
RAVAUDER : fouiller ; remuer une chose sans utilité et désagréablement. L. - Travailler. H.-N.
RAVEIGNE (s. f.) : la tête. Ce mot se prend en mauvaise part. A.
RAVEINDRE : ratteindre ; retirer de.
RAVELUCHE : rave sauvage, qui croît surtout dans le sarrasin.
RAVENELLE (s. f.) : violier ou giroflée jaune. De rave, parce que la feuille et les tiges de la ravenelle ont la saveur des raves. Dans le patois de Grenoble, ravenella signifie radis et petites raves.
RAVENET : filet pour prendre les oiseaux.
RAYER : sauver ; retirer. H.-N.
RAVEUGLER : confondre; bouleverser en cherchant.
RAVEUGUIER : ravauder ; ennuyer par les mêmes propos ; revenir sur le passé, etc.
RAVIGOUREY : remise, consolidée. M. Chassant, dans son Glossaire de la Muse Normande de Louis Petit.
RAVILER (v. n.) : baisser de prix. Voyez RAMENDER.
RAVILLER : brouiller ; mettre sens dessus dessous. De ravager. ( Manche.)
RAVINÉ-COQUIN : coquin consommé. Corruption de raffiné. A.
RAVIRÉES (PAR LES) : de temps en temps.
RAVIRER : se raviser; revenir sur son assertion. De virer. O.
RAVISION : changement d'avis ; action de se raviser.
RAVOIR. Ce verbe n'a que l'infinitif. Le patois Normand le conjugue dans tous ses temps : je rai, je ravais, j'ai reu ou ru, je rerai , je rerais , que je raie, etc.
RAVOUER : réparer la voie, le chemin ; remplir avec de la terre, des débris, etc.
RAYÉE (en parlant du soleil) : apparition momentanée de quelques rayons de cet astre.
RAYONNOIR ; RAYONNEUX ; RAYONNOUX : sorte de petite houe ou binette pour ouvrir les rayons qui doivent, dans le jardin, recevoir certaines semences. L.
RÉ ; REY : roi.    RÉ : ruisseau.
RÉBARBARATIF : rébarbatif. Patois Lorrain.
REBARBER (v. réfl.) : se montrer rébarbatif.
REBECCA (s. f.) : femme revêche. Ce mot vient de bec, comme bécancière, et n'a nul rapport avec l'épouse d'Isaac.
REBETTE (s. f.) : roitelet ; troglodyte. L.
REBETTIN : petit roitelet. L.
REBIFFER (SE) : se défendre vivement ; regimber.
REBINDER ; REBLINDER (v. n.) : recommencer. L.
REBINGER (v. réfl.) : se venger.
REBLOT : roitelet.
REBOGNE (A) : à tâtons. Voyez BONE-BONE.
REBOISSER : contredire ; contrarier.
REBOUILLEUX : rejeton. C.
REBOULER : redonner, renvoyer une boule. Voyez ABOULER et RABOULER.
REBOUQUER : repousser ; rebrousser. Il se dit d'un outil dont le tranchant rebrousse ; puis de l'homme qui renonce à, qui cesse par satiété. On dit, en patois Troyen : à rebouquenez : à satiété. Rebouquer signifie aussi céder ; fléchir, dans la Seine-Inférieure.
REBOURS (A LA) : à rebours.
REBOURS, E : revêche ; rétif. Cheval rebours. Marot, dans ses Épigrammes :

Madame, je vous remercie
De m'avoir été si rebourse.

REBOUTER : réduire une fracture. L.
REBOUTEUR ; REBOUTEUX : empirique qui remet les membres disloqués. De bouter : mettre. A.
REBRASSER : revêtir les bras.
REBROQUER : réparer un toit, un vêtement.
REBROUER : rabrouer ; rudoyer.
REBULET: recoupes de farine. L.
REBUS (CHEMINS) : raffermis après la pluie, rebus par le sol.
RECACHER : chasser ; poursuivre. S. -I.
RECAT (s. f.) : assemblée qui se tient dans la huitaine d'une fête. C'est en quelque sorte le réchauffé de cette fête.
RÉCART : écart, rebut. Mettre au récart.
RÉCAUFFER : réchauffer.
RECAUSER : parler de nouveau.
RÉCENT : qui a son bon sens ; qui n'est point ivre. Reprendre son récent : reprendre connaissance après une syncope.
RECÉPER (v. a.) (Orne) : scier un morceau de bois ; littéralement recouper. On le dit ailleurs des arbres à moitié morts, qu'on est obligé de couper pour leur faire repousser des cépées. MM. Duméril.
RECHARGEAGE (s. m.) : action de recharger. Patois Lorrain.
RÊCHER ; RÊQUER : faire tomber les fruits à pressoir, à coups de gaule. Voy. RÊQUER ; RÊQUET.
RECHEU : reçu, participe passé de RECHEVER : recevoir.
RECHEVEUX : grand cuvier qu'on place sous le canal de la faiselle,pour recevoir le cidre nouvellement brassé. M. Decorde.
RECHINCHER : revendeur.
RECHIPPER : pousser de nouveau en cépées.
RÉCIPER : recevoir. C'est le verbe latin recipere. O.
RÉCLER (v. n.) : recueillir les fruits oubliés dans ou sous les arbres.
RÉCOMPÉRER : ne pas conserver le respect dû aux supérieurs ; leur parler comme à un compère.
RÉCOPÉRER : récupérer.
RÉCOPILLÉ (TOUT) : tout craché. Voyez RÉCOPI.
RÉCOPI ; RÉCOPIT : peint trait pour trait ; parfaitement ressemblant. Du verbe copier. Voyez ÉCOPIR.
RECOQUET : oiseau de la seconde ponte.
RÉCOQUILLER : rendre la santé. H.-N.
RECOUER (v. a.) : sauver ; conserver. A.
RECOUPER : mélanger. Recouper du cidre : y mettre moitié d'eau ; - du blé : le remuer à la pelle pour l'empêcher de se gâter ; - de la chaux : remuer, pelletée à pelletée, une masse de terre où l'on a mis de la chaux à s'éteindre pour former un bon engrais.
RECOUVRIR : recouvrer. Recouvrir la santé.
RECROCHILLER : rendre croche ; courber ; tordre.
RECUIT (BLÉ AU) : blé qu'on n'a pu vendre et qu'on a mis dans un coin à l'écart.
RECULÉE (FEU DE) : grand feu qui force à se reculer.
RÉCURER : curer ; écuyer ; fourbir.
RÈDE (adv.) : très ; tout-à-fait ; vite. Rède bon : très-bon. Courir rède : courir vite.
RÉDILLON : sentier escarpé. H.-N.
REDINGUER : rebondir. (Valognes. )
REDOT : enfant né long-temps après celui qui l'a précédé, et quand on ne s'y attendait plus.
REFAIRE : tromper ; attraper.
REFAITS : récits sans importance. Voyez REFAITS.
REFALX ; REFAUX : regain, herbe de la première pousse après la fauchaison.
REFILER : refendre au moyen de la scie.
RÉFORCEMENT : renforcement. Cet homme est bête par réforcement, imbécile renforcé, bête à l'excès. L.
RÉFORCER ; RÉFORCHER : engager à manger ; presser avec instances réitérées de manger, de boire. Réforcez-vous : mangez donc ; excitez-vous à manger. L.
RÉFOUI : usufruit. O.
REFREINDRE (v. n.) : baisser de prix, en parlant des objets de commerce courant. Voyez RAMENDER. B.
REGADER : regarder. L.
RÉGALER : payer la goutte.
REGARDANT : intéressé, un peu avare. L.
REGAUDIR ; réjouir. De gaudere. S.-I.
RÉGENCE : petit pain au levain de bière. H.-N.
REGENCER : rajuster. D'agencer. Voyez GENCER. L.
REGINGUER : regimber.
RÊGLER : avoir la respiration gênée et faire du bruit en respirant. M. l'abbé Decorde.
RÉGNON : léger bruit du chat avant de s'endormir. H.-N.
RÉGOLICE , ou RÉGOLISSE. Voyez RIGOLICE.
REGRACIER : rendre grâces ; remercier. C'est l'ancien mot français.
REGUCER. Voyez RAGUCER.
RÉGUISER : aiguiser.
REHAUCHE (s. f.) : accroissement de qualités; avantage. S.-I.
REIDERIE : engouement pour certaines choses.
REIDEUX : qui a des reideries.
REINE-BOITE (PORTER A LA) : porter quelqu'un à deux personnes, qui entrelacent leurs mains pour en faire un siége.
RELANNER : rosser. De lanière.
RELANQUIR : renoncer à. De relinquere. S.-I.
RÊLE (s. f.) : raie tracée sur le papier, le bois. On appelle parfois l'arc-en-ciel la Rêle-St.-Martin.
RELICHÉE : rossée. - RELICHER : rosser.
RELICHER : lécher de nouveau ; savourer en mangeant ; chercher ce que les autres ont laissé ; courir après un objet que l'on convoite.
RELIÉE : rossée. - RELIER : rosser.
RELINGUER : redresser ; remettre quelqu'un à sa place, le rappeler à l'ordre.
RELIPPER : boire la part d'un autre.
RELIQUER ; RELUQUER. Voyez RELICHER.
RELIRE ; RELURE : reluire.
RELUQUER : regarder en clignant les yeux. Du latin lux.
REMAIT (IL) : il reste ; il demeure.
REMANCER ; REMANCHER ; REMANCHIER ; ROMANCHIER : gronder.
REMBRAILLER : donner suite à une fête le lendemain de cette fête ou le jour de l'octave ; peut-être remettre ses braies de fête. M. l'abbé Decorde.
REMBRAILLER (SE).: remettre ses braies.
REMEMBRAME (s. m.) : reste ; petit morceau. O.
REMEMBRANCE : souvenir.
REMEMBRER : se souvenir.
REMENER : rabrouer. On dit à quelqu'un dont on a sujet de se plaindre : « D'où viens-tu, que je te remène ? »
REMETTOUX : rebouteur. Voir ce mot.
REMEUIL : commencement de dégel. L.
REMEUILLER (v. n.) : commencer à dégeler. L.
RÉMIAGE (s. m.) : action de rémier, de pressurer un marc déjà travaillé et étreint. Le rémiage est aussi la liqueur qui provient de cette seconde pression. D'émier pour la deuxième fois. L.
RÉMIER (v. a.) : exécuter l'opération du rémiage. L.
REMINER A : songer à. Du verbe ruminer. L.
RÉMIOUX : ouvrier qui rémie.
REMIRER : regarder avec attention. H.-N.
REMONTÉE : après-midi. H.-N.
REMONTER : reprendre son travail après midi.
REMOTTER : former une motte de terre au pied de certaines plantes, telles que la pomme de terre. H.-N.
REMOUDRE ; REMOULER : repasser sur la meule.
REMOULETTE : petite meule pour émoudre. O.
REMOUTI (s. m.) : miroton. L.
REMPIÈCETER : rapiécer.
REMPIÉTER : refaire le pied d'un bas.
REMPLI : repli.
REMPLIER : replier.
REMUCRE ; REMUQUE : mucre. Sentir le remucre. V. MUCRE.
REMUÉ DE GERMAIN : issu de germain. Cousin remué de germain.
REMUER : replanter, en parlant de jeunes plantes.
RENAFLER : respirer bruyamment par le nez.
RENALLER (SE) : s'en aller de nouveau.
RENARD : nausée, vomissement. Dans le patois Walon, on dit renardé pour vomir. De nasus. A.
RENARDER : vomir. Patois Berruyer.
RENARÉ : fin comme un renard. (Vire.) Être renaré : trouver plus rusé que soi. H.-N.
RENASELLE : grenouille. De rana, raine, dans l'ancien français. Patois Troyen. En patois Walon, rane, ranotte.
RENASQUER : renifler. En patois Walon, naque signifie excrétion du nez. A.
RENCEINT ; RENCHEINT : ligne qu'on décrit en marchant, pour enceindre dans un espace de plus en plus resserré l'animal ou l'objet dont on veut se saisir.
RENCHAINT : surcroît. S.-I.
RENCHARGER : recommander.
RENCHIN : circuit de manière à revenir au point de départ. Faire un renchin.
RENCOIGNER : pousser un animal dans un coin, où il est plus facile de le saisir. L.
RENCONTRE : sorte de coiffe « dont les barbes, disent MM. Duméril, sont faites de dentelles, cousues par le pied, qui se rencontrent. »
RENCONTRÉ : pourvu. Cette fille, qui s'est mariée, est bien rencontrée. BIEN RENCONTRER : faire un mariage sortable.
RENDOUBLE ; RENDOUBLÉ : double. Rendoublecoquin : double coquin. Rendoublée-catin : coureuse consommée. L.
RENDOUBLER (v. a.) : redoubler; replier de manière à former un double. Ce linge, ce papier est rendoublé. L.
RENDUIRE : enduire.
RENDUIT : enduit. Voyez POULFRI. L.
RENELLE : ruelle d'un lit. H.-N.
RENEUCHIER : renouveler un repas de noce.
RENEUCHON : renouvellement du repas et des fêtes d'une noce. L.
RENÉTIR : nettoyer.
RENFILER : redonner le fil ; affiler.
RENFRAICHIR : rafraîchir. De l'italien rinfrescare.
RENFRAICHISSEMENT : rafraîchissement.
RENGAGNE (s. m.) : esprit irritant. Voyez ENGAGNER.
RENHAITER : exciter; encourager. H.-N.
RENLARGIR : élargir de nouveau.
RENMESSER : faire dire une messe d'actions de grâces, le lendemain de son mariage. M. l'abbé Decorde.
RENONCHER ; RENONCHIER : renoncer.
RENOUVIAU : renouveau, printemps.
RENOUVELÉE (VACHE) : vache qui vient de vêler.
RENTIQUÉES : reparties ; répliques.
RENTRAITE : reprise des mailles d'un tissu percé.
RENTRAITÉ : effrayé. S.-I. - Vêtement rentraité : auquel on a fait des rentraites.
RENVERSER : vomir. ( Mortain.)
REPAIRER (v. n.) : habiter un lieu, s'y retirer habituellement. Le roi de Navarre fait usage de ce verbe, dans ses Chansons, et La Ravallière, dans le Glossaire qui les accompagne, cite ces vers d'un vieux poète anonyme :

J'ai un joli sovenir
Qui en mon coeur maint et repaire.

Wace avait donné à ce verbe le sens de revenir ; retourner :

Quant j'eu de France repairai.

Dans le patois de Grenoble, se repairé signifie se retirer ; rentrer chez soi. De repaire. L.
REPAISSANT : dont on se dégoûte promptement; dont on est promptement repu.
RÉPANDOUX, SE. Voyez NOUVELLIÈRE, qui a probablement le masculin nouvellier.
REPARAPOINTER ; REPARPOINTER : pointer du glui dans une couverture pour la réparer.
REPASSÉE D'AOUT : repas que le maître donne aux ouvriers qui ont concouru à faire sa moisson.
REPASSEUX ; REPASSOUX : émouleur.
RÉPER : avoir des répets. - RÉPET : rot. H.-N.
REPILE (s. f.) : pied d'arbre arraché, séparé du tronc. L.
REPIMPER (SE) : faire toilette.
REPLUMETTE (s. f.). Voyez REPASSÉE D'AOUT. L.
REPOISSU : repu. A.
REPONNEZ ; REPONNU ; REPONNANT ; REPONNONS  : répondez ; répondu ; répondant ; répondons. Dans les Chansons du roi de Navarre, on lit reponnez pour répondez. L.
REPOSETTES (s. f. pl.) : loisir, repos. Vous m'écrirez à vos reposettes : dans vos moments de loisir. L.
REPOUILLER (v. a.) : rhabiller ; pouiller de nouveau. A.
RÉPREUME (s. m.) : réflexion ; retour au principe, au premier point de la question. Au répreume, je suis d'avis de. M. Lepingard.
RÊQUE : d'un goût âpre. Air rêque : air revêche.
RÊQUELER : recueillir les fruits oubliés aux arbres. Du verbe rêquer. B.
RÊQUER ; RÊQUIR : gauler des fruits à pressoir ; - frapper.
RÊQUET (s, m.) : petite gaule à rêquer.
REQUILLER : renvoyer la boule vers les joueurs de quilles. Au figuré, requiller quelqu'un, c'est le tancer, le rabrouer. L.
RÉQUILLONS ; RÊQUILLONS : restes.
REQUIR : requérir. H.-N.
RESAN : serein, air du soir.
RESAQUER : retirer. B.-N. RÉSIPÈLE : érysipèle. H.-N.
RÉSOLU; RÉSOU : dispos. L.
RESSASSIER. Voyez SASSAIRE.
RESSE (s. f.) : sorte de panier long et peu profond, sans anse. C'est ce que, dans l'Ille-et-Vilaine, on appelle grelle. O.
RESSERRE : serre ; lieu où l'on serre des objets. L.
RESSOURCE : source. L.
RESSOURDRE (v. a.) : relever ; activer ; réveiller ; - se gonfler ; se développer. Ces pois, ce vin, ce pain ont beaucoup ressourd en cuisant : ont beaucoup augmenté de volume. De surgere.
RESSUER ; RESSUYER : cesser d'etre humide. Il se dit aussi des murs qui se couvrent d'eau ; par suite de l'humidité de l'atmosphère.
REST-CHE : est-ce de nouveau ?
RESTILLON (s. m.) : petit reste de peu de valeur. A.
RÉSURRECTIONNIER : celui qui, la veille de Pâques, va de porte en porte chanter la Résurrection.
RESSUSER : aller à reculons.
RÉTAMER : étamer de nouveau.
RETAPER (SE) : s'habiller mieux qu'auparavant.
RÊTILLER : agiter les membres convulsivement. L.
RETINTON : petit reste. De retentum.
RETIRE (s. f.) : lieu où l'on place les objets dont on n'a plus ou dont on a rarement besoin. De retirer, ou plutôt de l'adverbe latin retro. Ce substantif est masculin dans le patois des Vosges. L.
RETOQUER : faire de nouveaux efforts pour soulever un poids. M. l'abbé Decorde.
RETOQUET : bavard et entreprenant.
RÉTOUPER : boucher ; réparer.
RÊTRE : être de nouveau. Il rest parti.
RETRUC : expédient. Voyez TRUC.
RÊTU , E : en bonne santé ; bien conservé ; actif, en parlant d'un vieillard.
RETUIT : lieu où l'on dépose le grain non vendu, pour l'exposer au marché suivant. On dit, en patois Troyen, rétuyer : serrer pour le marché prochain. De réduit.
RELIE : roue. - REULIÈRE : ornière.
REUNGE (s. m.) : action de ruminer; réflexion. Revenir au reunge : revenir à la pensée par rancune.
REUNGER : ronger ; -ruminer, en parlant des animaux. En patois Walon, rouingi. A.
REUNGIS. Voyez REUNGE.
REUX : confondu; étonné. B.
REVALIN : reste. B.
REVANGE : revanche. Patois Lorrain. S.-I.
REVANGER : remuer ; brouiller. A.
REVANGER (SE) : prendre sa revanche.
RÊVE (s. m.) (en parlant du miel). Un rêve de miel : un rayon de miel.
REVÊCU : ressuscité. A.
RÉVEILLE-MATIN : tithymale (Euphorbia). B.
RÉVEILLONNER (v. n.) : faire réveillon ; et, par extension, faire après minuit un repas extraordinaire.
RÊVÉRENT, TE : respectueux, se. L.
REVERTERIS (AVOIR UN) : changer de résolution. B.-N.
REVEUGER. Voyez REVANGER. A.
REVÊVRE : ressusciter ; revivre. A.
RÉVOIL ; REVOUIN : regain. Voy. VOUIN.
REVOLIN : reste. B.
REVOUINER : repousser comme le vouin (regain) ; - pulluler. Voyez VOUIN. L.
RHABILLER : rétablir ; remettre en bon état. Rhabiller un chemin : le réparer.
RHEUME; RHIÈME : rhume.
RHINOCÉROS (Oryctère nasicornis) insecte. Voyez CAPUCIN. B.
RIAL; RYAL : royal. S.-I.
RIBALET : bord d'un ruisseau ; petit sentier qui s'y trouve. De ripa : rive, bord. B.
RIBAN : ruban.
RIBLE (s. m.) : vent froid et pénétrant. B.
RIC (TOUT) : tout près. (Mortagne.)
RICHOINE : homme joyeux, comme un riche à qui rien ne manque. (Avranches. )
RICHOLER : ricaner ; rire en secret.
RIDELER : produire de petites rides ; flétrir.
RIDIAUX : rideaux.
RIÉE : rayon du soleil qui semble, en. paraissant, rire ou sourire à la terre.
RIEN-QUI-VAILLE : vaurien.
RIEU : ruisseau. De .
RIFAU : canal. Du latin rivus, ruisseau.
RIFLE : morceau de bois qui se place au bout du hanse, et dont les faucheurs se servent pour aiguiser leur faux. M. Decorde.
RIFLE (s. f.) : gourme des enfants.
RIFLER : rager ; voler ; enlever ; - se servir du rifle ; effleurer.
RIFOUR. Voyez RIFAU.
RIGNALER : rognoner ; murmurer.
RIGNON : rognon.
RIGOLET : grand gobelet. Du vieux français se rigoler ; se régaler. Vire.
RIGOLET : rigole ; - harin, mauvais cheval.
RIGOLICE ; RINGOLISSE (s. m.) : réglisse. Patois Walon, régolice.
RIGOLLER : railler. Ce verbe a été employé en ce sens par l'auteur d'une ancienne chanson normande, que nous avons publiée à la suite de notre édition de Basselin, p. 182 :

Ne venez plus ainsy m'y rigoller.

J., B. Rousseau donne un autre sens au verbe rigoler. il dit :

Se rigollant, menant joyeux déduit,
Et jusqu'au soir faisant le diable à quatre.

RILE ; RILETTE : restes rissolés de lard, que l'on découpe et frit pour en tirer le sain-doux, et que l'un conserve salés et poivrés en pot pour l'hiver. A.
RILE (s. m. ) : hâle.
RIMOUSQUETTE (s. f.) : fille dégourdie, qui agace les garçons. A.
RIMÉE : gelée blanche. - RIMER : geler blanc.
RIN : rien.
RINBIN : objet de peu de valeur (rien de bien). A.
RINBINER : revendre des objets de peu de valeur. L.
RINBINIER : celui qui.rinbine. L.
RINCÉE ; RINCHÉE ; RI NCHIE : volée de coups. L.
RINCER ; RINCHIER ; battre quelqu'un ; le rosser. L.
RINCER ; RINCHIER : aiguayer ; rincer du linge.
RINCETTE ; RINCHETTE : verre d'eau-de-vie ou de liqueur qu'on prend après le café.
RINCHI : rincé, nettoyé. Des bouteilles bien rinchies.
RINCHURETTE : verre qu'on prend après la rinchette.
RINGARD : fourgon du four. Voyez NAS.
RINGLER : glisser sur la glace. A.
RIN G LO IR : eau gelée propre à ringler. A.
RIO : petite raie, poisson ; - petite rigole. H.-N.
RIOCHER ; RIOCHINER : rire à petit bruit, en se moquant.
RIOCHEUX : qui rioche.
RIOLET : bord ou trottoir. De rivus ou de ripa. Voyez RIBALET.
RIOLET : petit ruisseau. De rivulus. B.
RION : rayon ; petit sillon. L. Un rion : un brin. H.-N.
RIOTER. Voyez RIOCHER.
RIOTEUX : instrument qui sert à faire des rios pour planter des pois, des fèves, etc.
RIPER : tourner un objet bout pour bout. Riper un tonneau : le placer en 'équilibre sur un chantier et lui faire faire volte-face. M.. Lepingard .
RI-PIERRE ; RI-TERRE : rez-pierre ; rez-terre.
RIQUET : mesquin, étriqué.
RIQUIEU : troglodyte de l'ordre des Sylvains, roitelet.
RIQUIQUI (Famille de) : composée d'un grand nombre de membres.
RIQUIQUI (s. m.) : eau-de-vie. De rikiki : toute liqueur spiritueuse chez les Arabes, qui appellent kiki le ricin, que M. Pierquin de Gembloux croit être le kikajou de Jonas.
RIRIE (s. f. ) : ris continués, aux éclats; partie de rire.
RISQUATOUT : animal qu'on risque à tout, qu'on épuise, sans craindre que mort s'ensuive.
RISQUIPÈTE (A LA) : à la coque ; oeufs cuits dans les cendres, à la risque qu'ils pettent. M. Decorde.
RISTOURAS : mauvais restes d'étoffes, de linge. A.
RITELET : roitelet.
RIVE : côté extérieur d'un lit.
RIVER : parer la rive (d'un lit) ; arranger le bord de la couverture, la replier sous le matelas de manière que ce bord ne soit point aperçu. M. Lepingard.
RO ! RO ! haro. De Hrolf ( Rollon) , premier duc de Normandie. S. -I.
ROBER DE (s. f.) : herbe-à-Robert (Geranium Robertianum). B.
ROBIN: taureau. H.-N.
ROBINIÈRE (VACHE) : qui tourmente les autres et est impropre à la reproduction.
ROC: réprimande, semonce. Donner un roc à quelqu'un. B.
ROCHIER : rocher.
ROCHER. Voyez BUCHER.
RODEUR : celui qui rôde pour voler ; et, par extension, voleur.
ROE (s. f. ) : roue.
ROGATONNER : parler entre ses dents, en revenant sur des faits accomplis, en grommelant.
ROIGNER : rogner.
ROGNONEMENT : action de rognoner.
ROINCER : grogner. Dans l'arr. de Mortagne, il exprime le cri des chevaux qui veulent se battre. MM. Duméril.
ROISNER ; ROUESNER ; ROINASSER : murmurer entre ses dents, de manière à rappeler un peu le bruit d'une roue mal graissée.
ROITER : tourner ; décrire en courant des traces circulaires. Terme de chasse.
ROMACHER ; ROMANCHIER : murmurer ; grommeler.
ROMANCER : raconter.
ROMATIQUE : rhumatisme.
ROMPUMENT : rondement. Travailler rompûment : sans s'interrompre.
RONCE COCHONNIÉRE : églantier (Rosa canina).
RONCEUX : noueux.
RONCHAILLES : lieu où il y a beaucoup de ronches, ou ronces.
RONDEAU : rondin.
RONDIR L'OEIL : ouvrir les yeux d'une manière remarquable, en témoignant de la surprise et du mécontentement. A.
RONÉ, E : enluminé ; rouge, en parlant de la figure. A.
RONSSE (s. f. ) (Orne) : chêne dont on coupe la tête tous les ans pour l'empêcher de donner de l'ombre. On dit aussi rosse et rousse. MM. Duméril.
ROPIDOLLER : roupiller ; sommeiller. A.
ROQUELAURE ; ROQUELAUSE (s. f.) : houppelande. L.
ROQUES : mottes de terre.
ROQUET : jupon court. De l'allemand roke : robe en général ; - pomme à cidre tardive.
ROS : roseau commun ; -lame du métier de tisserand, dont les dents sont en roseau.
ROSEAU : glui. De la ressemblance des tiges ou chalumeaux du blé avec les tiges des roseaux. I,.
ROSELET ; ROSELEU : belette.
ROSIÈRE (s. f.) : terrain planté de roseaux ; où ne poussent guère que des roseaux. Titres de 1361.
ROSSÉE : volée de coups. Du verbe rosser.
ROSSOLI , E : rissolé, e. - ROSSOLIR (v. n.) : rissoler.
ROTE : corde qui retient la charge d'une voiture.
ROTE (s. f.) : sentier. De route, mot qui vient du verbe latin rumpere, au participe passé ruptus, parce que les routes ne sont que des terrains rompus. Patois Rouchi. A.
ROTER : ôter ; reprendre ce qu'on a donné. On dit proverbialement :

Donner et roter,
C'est pis que voler.    L.

ROTEUX : lieu qui reçoit l'égout du fumier. H.-N.
ROTILLON (s. m.) : pépinière de jeunes arbres à cidre, poiriers ou pommiers ; - petit rôton.
ROTON (s. m.) : trognon de choux, de pomme, etc.
ROTTE : cordeau. - ROTTER ; lier avec une rotte.
ROUAGE : rouge.
ROUAGÉ : défoncé par les roues des voitures.
ROUANER : manger désagréablement, malproprement. Du verbe ronger. A.
ROUAUDER (v. n.) : crier, en parlant des chats en rut. Voyez RAUT. O.
ROUCE (s. f.) : buisson, hallier. De ronce, parce que les buissons se composent principalement de cette plante. C'est l'u substitué à l'n, comme dans mouceau pour monceau., couvent pour convent.
BOUCHAS. Vovez BOUCHON. A.
ROUCHE : glaieul, dont on fait de petits liens.
ROUCHE-CROUTE. Voyez BADOCHET. A.
ROUCHER: ronger. Patois Rouchi.
ROUCHON : reste d'un morceau rongé. A.
ROUELLE (s. f.) : petite roue. Civière à rouelle : civière montée sur une roue. Se coucher en rouelle : en rond, comme le chien. Du latin rota. Feu Lamarche.
ROUET (s. m.) : solive. A.
ROUFLE. Faire la roufle ou roue, comme le dindon : se pavaner.
ROUGE-BIÈRE : pomme à cidre tardive.
ROUGE-POUQUE (s. f.) : rouge-gorge. L.
ROUGET : grondin, poisson.
ROUGET (a. m. ) : dartre des chiens. B.
ROUGEULE : rougeole. L.
ROUGNE : teigne. Glossaire de M. Chassant.
ROUIL (s. m.) : rouille. On trouve rouil pour rouille, dans Lucrèce, tragédie de Filleul, au milieu du XVIe siècle.
ROUINASSER : grommeler; grogner. Voyez ROISNER
ROUINCER (v. n.) : crier d'une manière importune et vibrante, en parlant du cheval (ross, en allemand) ; et, par extension, des autres animaux, même des hommes A.
ROUINE ( s. f. ) : soliveau.
ROULÉE : volée de coups de bâton ; -ce que l'on peut rouler de fil sur un fuseau.
ROULER: donner une roulée ; - Se moquer de quelqu'un en le roulant entre les extrêmes ; abuser de sa folle confiance ou de sa sotte crédulité.
ROULET : rouleau pour écraser les mottes de terre appelés roques ; - râle des agonisants.
ROULIÈRE : blouse de roulier.
ROUIPIAUX. Voyez ORIPEAUX.
ROUOLOUX : rouleau.
ROUPIEUX : qui baisse le nez, comme s'il avait la roupie ; décontenancé ; honteux. S.-I.
ROUPILLER : pleurnicher ; - rabâcher ; - faire le moins de bruit possible ; - avoir la roupie.
ROUQUELOUSE : espèce de houppelande.
ROUSÉE : rosée.
ROUSINE : résine de mélèze, dont on fait des chandelles. Voyez PETOCHE. A.
ROUSSE (s. f.) : tête d'arbre soumise à un émondage périodique, ordinairement tous les six ans:
ROUSSI (s. m) : Roussin, par apocope. Péter comme un roussi. De l'espagnol roncino.
ROUSSOLÉ : rissolé.
ROUTER : vomir.
ROUTOUX : routoir.
ROUVIEU : maladie de peau qu'ont les chiens.
ROUVROUX (s. m.) : dartre des chiens. Voyez ROUGET.
ROUX : glui. Voyez ROSEAU. (Vimoutiers. )
ROUX-VENTS : vents qui, à l'époque de la lune rousse, brûlent les jeunes pousses des plantes.
ROYALE ; HERBE ROYALE: mâche(Valeriana locusta). Voyez BOURSETTE. L.
ROYAU : fuseau sur lequel le fil s'enroule. O.
RU ; RUÉ : ruisseau. Du grec ρύσις ; de ρέω, couler.
RUCHE : panier ; - plante. Voyez RAVELUCHE.
RUCHEAU ou RUCHOT ; RUCHETTE : petit panier. L.
RUCHER : ruer ; lancer, en parlant des pierres et autres projectiles. Marot s'exprime ainsi, dans une épître au roi sur la mort de son père (Jean Marot) :

Par plaiderie on peut manger son bien,
Par médecine on se peut bien tuer :
Mais ton bel art ne peut tels coups ruer.   L.

RUCHI : cheval qui rue. MM. Duméril.
RUDE : entravé dans ses mouvements par l'âge, ou par la fatigue.
RUETTE : petite rue.
RUFLE : fort, vigoureux.
RUISSÉ ; RUSSSÉ : ruisseau. Voyez RU.
RUN : surpris, étonné, abasourdi.
RUNGE ; RUNGER. Voyez REUNGE ; REUNGER.
RUPIN : rusé ; fécond en joyeux tours. Être en rupin : être en gaité ; faire le goguenard.
RUQUE : ruche. - RUQUER : rucher.
RUQUER : sommeiller ; dormir à demi.
RUSE-CROCHE (s. f.) : croc-en-jambe.
RUSSE (s. m.) : navet sauvage.
RUSTIQUE : grossier ; solide.
RUTAFIAN : paysan débanché.


TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACES
(de l'éditeur, de l'auteur, biographie de Louis Du Bois)

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

SUPPLÉMENT.

retour
table des auteurs et des anonymes