Miracle advenu à Andely la veille de la Pentecoste derniere, le second jour du mois de Juin, mil six cens dix-huict : Par l'intercession de saincte Clotilde Reyne de France, femme de Clovis, premier Roy Chrestien des François.- A Rouen, Chez Nicolas Le Prevost, près les Jésuites, [1618].- 8 p., in-12.
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (23.VIII.2002)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Mél : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] 100346.471@compuserve.com
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées, à l'exception des i/j, u/v, s longs et abréviations qui ont été restitués et résolus.
Texte établi un des 80 exemplaires (BmLx : br norm 419) de la réimpression en fac simile donnée en 1870 à Rouen par Lanctin, libraire rue de la Grosse-Horloge dans une édition préparée par Charles Lormier.
 
Miracle advenu à Andely la veille de la Pentecoste derniere, le second jour du mois de Juin, mil six cens dix-huict : Par l'intercession de saincte Clotilde Reyne de France, femme de Clovis, premier Roy Chrestien des François

~~~~

Au Lecteur

Sainct Augustin parlant des miracles, dict que le miracle est une chose surnaturelle, & non usitée ordinairement, lequel Dieu fait quand bon luy semble, pour plusieurs raisons : Premierement pour monstrer sa toute puissance. Secondement pour confirmer la foy, finalement pour monstrer la saincteté de ses bons serviteurs, & bonnes servantes. Comme il a fait paroistre à la veille de la Pentecoste derniere, par un recent miracle advenu à Andely sept lieües distant de Rouen, par l'intercession de saincte Clotilde femme du Roy Clovis premier Roy Crestien de France. Ce que vous verrez amplement, s'il vous plaist prendre la peine de lire ce qui s'ensuit, si vous estes du nombre de ceux qui sont Catholiques, loüez en Dieu de ce bien qu'il fait pour la conservation de la foy, si vous estes du nombre de ceux qui ne veulent reclamer les Saincts, je vous prie quittez cette opinion.

 
MIRACLE ADVENU A ANDELY
la veille de la Pentecoste, le second jour
du mois de Juin, mil six cens dix-huict, par
l'intercession de saincte Clotilde Reyne de
France, femme de Clovis, premier
Roy Chrestien des François.
 

Jean Grivet aagé de soixante & quinze ans, demeurant en la Parroisse de sainct Paul lez Roüen fauxbourgs de Martainville, au logis ou pend pour enseigne le grand Dauphin, detenu malade par l'espace de huit ans, plus couché & assis dans une chaire que debout, d'une sorte de paralysie avec une courte haleine, estant demeuré de ses membres, ne pouvant aller que par l'aide du baston, & assistance de quelque personne pres de luy pour luy servir d'appuy, lequel se voyant tout consommé de purgations cauteres, & autres applications de médecines sans esperance de santé, estant abandonné de secours humain, ayant levé les yeux au Ciel prend resolution de faire vœu à Dieu souverain medecin, & à madame saincte Clotilde, afin de recouvrer sa santé, avec telle foy & grande confiance à l'intercession des Saincts, et particulierement de saincte Clotilde, entendant les miracles qui se font tous les ans en la guarison de plusieurs malades qui se baignent en la fontaine de la saincte à Andely, que deslors il quitte l'usage des cauteres, & de toutes sortes d'operations humaines. Il se fait porter la veille de la Pentecoste derniere audit lieu pour effectuer son vœu, & ce avec beaucoup de peines & douleurs, ne pouvant presque l'accomplir : Neantmoins assisté de Dieu & de l'intercession de la saincte, l'ayant tousjours en sa bouche & pensée, il parvint en la fontaine, où après les ceremonies faites par le Clergé d'Andely, et la procession achevée, plusieurs malades s'estant lavez & la foulle passée, ledit Grivet se fait despoüiller & conduire dans ladite fontaine avec beaucoup de peines, et douleurs, en telle foiblesse, et ne se pouvant soustenir tomba de son long dans icelle, & apres s'estre relevé par l'aide des Pelerins qui estoient encor en ce lieu de plusieurs pays à luy incognus, les sens luy estant revenus commence à sortir de là, se sent du tout guary rendant le baston, comme n'en ayant plus de besoing, & estant de retour dés le lendemain bien gaillard, il dispose sa conscience à recevoir son Createur le Lundy des festes de la Pentecoste en sa parroisse publiquement, ou tous ses voisins & concitoyens s'esjoüirent grandement tenant cela pour miracle, d'autant que ses parens, & eux aussi n'estimoient qu'il deubt jamais recouvrer sa santé, en attribuant le default plutost à sa viellesse qu'aux secours des hommes.

Tout ce que dit est a ledit Jean Grivet declaré & attesté le vingt-deuxiéme jour de Juin mil six cens dix huict, és presences de discrettes personnes maistre Guillaume le Clerc Prestre cy devant Vicaire perpetuel de ladite parroisse de sainct Paul & à present de l'Oratoire à Rouen, maistre Marin Drant à present Vicaire perpetuel en ladite Parroisse, maistre François du Buc prestre Clerc audit lieu, qui en telle maladie ont tousjours solicité ledit Grivet, Monsieur des Sondres, Monsieur du Basset, maistre Pierre du Mont Advocat en la Cour, maistre Guillaume Chouquet precepteur d'enfans, & plusieurs autres personnes tant voisins qu'amis d'iceluy soussignez, qui attestent avoir veu, & solicité ledit Grivet depuis huict ans jusques à la veille de la Pentecoste derniere, tousjours demeuré en son lict malade, & quelque fois se faisoit descendre en bas de sa Salle, afin de recevoir quelque consolation de ses amis qui le venoient visiter, depuis ledit jour de la Pentecoste, l'avoir veu bien sain, & gaillard depuis son retour d'Andely, & le pelerinage accomply de saincte Clotilde, fait ce jour & an que dessus. Signé Grivet, le Clerc, Durant, Dubuc Prestre, De la haye sieur des Sondres, Dumont, Chouquet, Coipel, Queval, Robert Mazeline, avec tous chacun leurs seings & paraphes. Et en la page suivante est escrit :

DE l'authorité de Reverend Pere en Dieu Messire François de Harlay par la permission divine Archevesque de Rouen & primat de Normandie ; Nous Jacques Desmay Prestre Docteur en Theologie, de la société de Sorbonne, Doyen de l'Eglise Collegialle de nostre Dame d'Escouys, & Vicaire general de mondit Seigneur, ayant examiné honorable homme Jean Grivet maistre de la maison du grand Dauphin parroisse de sainct Paul au fauxbourg de Martainville de Rouen, aagé de soixante et quinze ans ou environ, sur la subite santé par luy recouverte la veille de Pentecoste derniere : Et ayant recogneu par son examen de bouche, & deux autres tesmoings qui ont signé au procez verbal sur ce dressé, qu'apres huict ans de maladie & perclusion de ses membres il avoit fait vœu à saincte Clotilde, & l'avoit esté accomplir en sa Chappelle érigée dans l'enclos du Cimetiere de nostre Dame d'Andely, le second jour de ce present mois veille de Pentecoste, auquel jour il avoit entierement recouvert sa santé, la fonction naturelle de ses membres, & le mouvement progressif; ainsi que nous l'avons veu marcher. Nous de l'authorité que dessus pour ne point taire les merveilles de Dieu en ses Saincts, avons permis le narré du miracle estre imprimé, comme un tesmoignage evident que Dieu veut que le nom de ses Saincts et Sainctes soient honorables devant luy, & qu'ils soient reclamez, & invoquez par les hommes en leurs necessitez; en vertu dequoy nous avons signé à ces presentes ce vingtdeuxiéme de Juin mil six cens dix-huict. Signé J. Desmay Vicaire General, avec un paraphe.


retour
table des auteurs et des anonymes