LEPIC, Vicomte Ludovic Napoléon (1839-1890) : Les Armes et les outils préhistoriques reconstitués : texte et gravures.- Paris : C. Reinwald et Cie, 1872.- 58 p.– [24] f. de pl. ; 35 cm.

PLANCHE XIX. : HACHES ET ARMES DIVERSES.
Planche 19
La figure A est la reproduction d'un modèle trouvé dans les palafittes suisses. La hache, en pierre polie, est introduite au milieu d'une cheville de bois fendue bien carrément et fixée dans un fort manche, dont l'extrémité supérieure forme masse. Comme la hache est un peu forte, j'ai dû la consolider, en appuyant sur les deux parties laissées à découvert un copeau de bois qui presse uniformément sur elle quand le nerf ou la corde sont enroulés. Fig. B. Puis, sans quitter mon lien, je l'ai tordu au-dessus du point où la cheville entre dans le manche, et, le ramenant en croisant, je lui ai fait encore décrire quelques tours en dessous du point d'attache ; de cette façon, ma cheville est d'abord bien consolidée, la pierre parfaitement maintenue, et l'adhérence au manche est aussi forte que possible, par suite de la presion du lien sur le manche et sur la masse. Pour cette forme, je crois que l'on peut employer indistinctement et la corde et le nerf d'animaux, la pièce à monter appartenant à l'âge de la pierre polie ; c'est une bonne arme, pouvant supporter de grands efforts.

La figure C représente un harpon fait d'un bois de cerf, fixé dans un bois fendu au moyen d'une cheville, qui traverse et le manche et la corne, après avoir été taillée en biseau afin de mieux adhérer ; puis un nerf a consolidé le point d'attache.

D. Une lance en pierre, emmanchée de la même façon, moins la cheville, et consolidée soit par une corde, soit par un nerf. J'ai fait ces deux modèles pour le musée de Saint-Germain. C'est une arme très-forte, avec laquelle on peut non-seulement tuer un homme, mais blesser de gros animaux tels que le bos priscus ou primigenius ; il faut pourtant une certaine adresse pour s'en servir, car tout coup porté à faux fait briser la pointe du silex.

Les figures E et F sont des lances à douilles, de l'époque du bronze ; l'une a une hampe consolidée par une cheville de bois, ou de bronze peut-être, autrefois ; l'autre tient par la seule force de la pression. il n'y a rien à dire sur ces deux armes, que l'on a employées à toutes les époques.

PLANCHE PRÉCÉDENTE
PLANCHE SUIVANTE

retour
table des auteurs et des anonymes