Mise en bouche

leaf.gif

LA CAVALCADE DE LISIEUX

~~~~

A Lisieux, dans le Calvados, à l'occasion de la Saint-Ursin, qu'on fêtait le 20 décembre, les chanoines faisaient une cavalcade grotesque ; ils s'en allaient, costumés d'une manière bouffonne, faire le tour de la ville, accompagnés par des tambours, des hautbois et d'autres instruments ; ils faisaient courir sur leur passage la population qui leur disait les choses les plus plaisantes, et à laquelle ils répondaient de même.

Comme dans tous les pays où ces fêtes, plus ou moins burlesques, [avaient lieu,] les farces au gros sel ne faisaient pas défaut ; le clergé et la plèbe des sacristies se livraient, à cette occasion, à des excentricités, dont les plus grandes étaient considérées comme les meilleures ; et le populaire mis en gaîté par les bouffonneries de ces cérémonies hétérodoxes, donnait la réplique avec un entrain qui excitait graduellement tous les manifestants.

Si nous ajoutons : que les excès de boisson étaient la conséquence naturelle de ces fêtes grossières, on comprend sans peine, que peu après le début de la mascarade, les divertissements prenaient un tour extrêmement débraillé. Les grivoiseries suivaient de près les quolibets ; et bientôt, même, l'obscénité se glissait, çà et là, dans les amusements de la tourbe en délire.

Dans ces conditions, on comprend que l'autorité ecclésiastique a cherché, de bonne heure, à endiguer le courant et à le rendre moins ordurier, dans ses grossières manifestations. Mais il fallut que cette autorité fit des efforts vigoureux et longtemps soutenus, pour arriver au but qu'elle se proposait : c'est-à-dire pour obtenir la cessation de ces orgies, qui déshonorèrent pendant trop longtemps, le culte religieux, au Moyen-Age et au commencement des temps modernes.


Source : Superstitions et survivances étudiées au point de vue de leur origine et de leurs transformations / par L.-J.-B. Bérenger-Féraud. - Paris : E. Leroux, 1896.- 5 vol. ; in-8.

Une proposition de Madame Angéla Dussaut, saisie par Madame Sylvie Pestel, relue par Madame Anne Guézou (13.05.2005)


retour
table des auteurs et des anonymes